Le Royaume de Tunis au XVIIe siècle

VIIIe livre de l'Afrique Illustrée en X Livres de Jean-Baptiste Gramaye (1622)

Texte latin en regard. Traduction française, introduction et notes par Azzedine Guellouz.

2010
Le Royaume de Tunis

Jésuite belge, donc en 1619 sujet espagnol, Jean–Baptiste Gramaye (1579-1635), avait déjà produit, comme historiographe de l’archiduc Albert de nombreuses monographies géographiques et archéologiques couvrant une grande partie des villes et provinces Pays-Bas du Sud, lorsque le suzerain de son protecteur, Philippe III, le chargea d’une mission au Maroc et que les « hasards de la mer » lui valurent quelques mois de captivité à Alger. Outre un journal Diarium rerum Argelae gestarum ab anno MDCXIX [1], ce séjour lui fournit la matière d’un ouvrage de quelque 300 pages intitulé Africae illustratae libri decem, in quibus Barbaria gentesque ejus ut olim et nunc describuntur (Tornaci Nerviorum : ex officina A. Quinque, 1622), rédigé dans un latin fort élégant.

La présente traduction est la première proposée dans une langue vivante. La rhétorique soignée de Gramaye ne laissait espérer à son public que peu d’informations « concrètes » sur le sujet ; on les supposait fournies par des œuvres plus accessibles — celles de Léon l’Africain, de Diego de Haedo ou d’Emmanuel d’Aranda. Les six premiers livres de l’Afrique sont pourtant consacrés au passé des différentes régions de l’actuel Maghreb ; ils sont suivis de monographies consacrées à leur « état présent ». A la fin de chacun des quatre Livres figurent des appendices consacrés à la planification d’une expulsion des Turcs hors d’Afrique qui feront l’objet d’une étude particulière, dans la mesure où ils se démarquent des poncifs de l’appel à la Croisade, et s’adressent à Philippe III.

En consacrant au Livre VIII de cet ouvrage (Du royaume de Tunis) et à son Appendice suggérant les moyens d’expulser les Turcs de toute l’Afrique une traduction attentive aux préoccupations stylistiques d’un rhéteur talentueux, on se donne en effet les moyens de découvrir à ce texte d’autres dimensions. Ce n’est pas tant de l’urgence d’une croisade anti-mahométane que Gramaye voulait convaincre son suzerain catholique, que de l’urgence de construire une Europe œcuménique ; et le public de « décideurs » auxquels il s’adresse dans cette entreprise de persuasion se trouve aussi bien à la Cour d’Espagne que parmi les vassaux et les rivaux de son souverain.

[1] Alger, XVIe-XVIIe siècle : journal de Jean-Baptiste Gramaye, "évêque d'Afrique" / [publ., trad. du latin et présenté par] Abd el Hadi ben Mansour ; préf. par André Mandouze
Paris Les Éd. du Cerf, 1998